Le volontariat / bénévolat pour (re)trouver un emploi?

Photo © CEV
Photo © CEV
Cyrille Marc Schmid, English translation Anna Grandone
29 mars 2007

ICVolontaires -- par ses représentants Maria Vila (Barcelona) et Cyrille Marc Schmid (Genève) -- a participé à l'Assemblée Générale du Centre Européen du Volontariat qui s'est déroulée du 22 au 23 mars 2007 à Paris. Les quelques 100 participants, membres de diverses ONG et chercheurs, ont débattu sur la question centrale "Le volontariat peut-il être ou est-il un chemin vers un emploi voire un réemploi?"

Pour répondre à cette interrogation, plusieurs personnalités ont donné leurs points de vue avec des études concrètes. Celle qui a retenu le plus l'attention d'ICVolontaires était l'étude "Le volontariat/bénévolat -- facteur de retour à l'emploi" menée par monsieur Dominique Thierry, Vice président de France Bénévolat, qui a partagé ses résultats récoltés auprès de plusieurs sites dont Nantes, Lille, Alès, Aix en Provence, Orléans et biens d'autres encore.

Les constats sont les suivants: 4 impacts positifs potentiels du volontariat/bénévolat pour les volontaires/bénévoles demandeurs ont été identifiés:

  • l'amélioration de l'image de soi,
  • la création d'un réseau relationnel et/ou de soutien,
  • la clarification du projet professionnel par une activité connexe ou proche,
  • le développement des compétences comme toute activité qualifiante.

Monsieur Thierry a aussi donné une description originale des divers volontaires/bénévoles. Ceux-ci peuvent, selon lui, être catégorisés comme suit:

  • Les stratèges comptent pour 20% des cas - leur but est d'utiliser l'activité du volontariat/bénévolat pour arriver à un but précis,
  • Les découvreurs sont estimés à 40% des cas - comme leur nom l'indique, ils découvrent l'activité du volontariat/bénévolat,
  • Les impliqués habituels - personnes donnant régulièrement de leur temps,
  • Les trop massacrés - terme un peu fort mais décrivant des individus souhaitant sortir d'une solitude profonde.

Un autre point essentiel à son discourt a été de souligner que le volontariat ou bénévolat - mot plus souvent utilisé en France - à un revers pervers si celui-ci n'est pas conduit de façon structurée. Les risques sont les suivants :

  • une installation dans le bénévolat,
  • une moindre énergie à retrouver un emploi,
  • l'éloignement des réalités du monde du travail car il y a moins de contraintes, moins de stress et une atmosphère généralement plus conviviale.

Par cette étude, il a été clairement établi que le volontariat/bénévolat est un chemin positif pour le demandeur d'emploi. Cependant, il faudra mettre en place des garde-fous notamment une structure d'accueil des volontaires/bénévoles et un suivi strict.

On peut aussi noter que dans la plupart des cas, le volontaire/bénévole trouve ou retrouve un emploi grâce à son implication en tant que volontaire/bénévole et ceci plus rapidement que s'il n'avait pris ce rôle.

Finalement, Monsieur Thierry a terminé son élocution en disant avec beaucoup d'enthousiasme et de conviction: "il n'y a plus de doute que l'activité de volontariat/bénévolat pour un demandeur d'emploi est un chemin positif à suivre pour trouver ou retrouver un emploi."

Après une journée bien remplie, les participants ont pu apprécier non seulement une visite de la Tour Eiffel mais aussi un Dîner de Gala au premier étage de cette illustre merveille d'architecture.

Ce n'est que le lendemain, après avoir exposé le Programme CyberVolontaires aux participants, qu'ICVolontaires est rentrée respectivement en Terre helvétique et catalane.

©1998-2019 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis à jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|